Publié le

Longtemps perçue comme une ville industrielle, Lyon n’a de cesse de se développer et de renforcer son dynamisme économique.

En effet, considérée comme l’une des métropoles les plus attractives d’Europe et ce depuis déjà quelques années, elle a mis en place un éco-système actif particulièrement séduisant pour les entreprises.

Nous retrouvons cette dynamique dans le secteur de l’immobilier tertiaire : d’après les informations du CECIM (Centre de la Conjoncture Immobilière), la Capitale des Gaules affiche en 2017 un total de 594 transactions. La demande placée, qui a atteint 270 000 m² en 2017, devrait dépasser les 300 000 m2 en 2018.

En plus de nombreuses implantations exogènes au sein de la Ville Lumière, l’émergence de nouvelles tendances telles que le retail connecté, les start-ups ou encore le coworking, contribuent à son attractivité.

Aussi, avec l’arrivée d’une vague de nouveaux résidents et travailleurs, Lyon pratique un renouvellement urbain qui permet la création de quartiers comme Confluence (Lyon 2e) ou La Soie (Villeurbanne-Vaulx-en-Velin), mais aussi la rénovation de sites d’envergure. On pense ici à la Part-Dieu (Lyon 3e), 2e quartier d’affaires de France après celui de la Défense, à Paris, dont le nouveau visage est perceptible. Sans oublier la réhabilitation du Grand Hôtel-Dieu (Lyon 2e), en plein cœur de la Presqu’île, qui accueillera très prochainement des bureaux, commerces, un hôtel, la Cité de la Gastronomie …

Dans cette logique, l’immobilier de bureaux lyonnais poursuit son expansion et corrobore l’idée d’une ville en plein essor économique, tournée vers le futur.